TOUTPOURLAMUSIQUE : Fournisseur de matières premières pour les créateurs de musique

Recherche
Le Forestier on line : le site au Bois dormant


Par R. Mac Philpotts

S’il est une attente largement partagée par la communauté des internautes, c’est de retrouver sur la Toile un lieu d’échanges convivial et une liberté de ton qui font parfois défaut en d’autres lieux. A cet égard, les nombreuses possibilités techniques offertes par ce média, permettent d’instaurer une relation privilégiée, construite notamment sur l’interactivité, propre à satisfaire les attentes d’un tel public. Dans ce contexte, les sites Internet d’artistes ne peuvent se limiter à l’exercice de style façon ‘sa vie, son œuvre’, ni se réduire à l’éphémère fonction d’outil de promotion. En effet, cliquer sur le site d’un de ses interprètes ou musiciens favoris, n’est-ce pas une autre façon de lui témoigner son admiration, sa sympathie, de venir saluer un ami en quelque sorte ?

Pour le moins, on espère y être accueilli.

La sortie imminente du nouvel album de Maxime Le Forestier, était l’occasion de faire d’une pierre deux coups : rendre compte du disque et aller voir, à travers son site officiel, si le chanteur d’aujourd’hui avait gardé quelque chose du barbu anticonformiste d’hier. ‘Maxime Le Forestier On Line’ : sans être ébouriffant, un pareil titre augurait d’une approche plus originale en matière de sites Web.

Je m’attendais donc à des pages conviviales, réactives, sympa quoi, d’autant que la personnalité de l’interprète permettait de fonder quelques espoirs. Disons-le tout net, l’artisan de la rime et du bouquet de notes s’est semble-t-il endormi dans les coulisses. Ou bien, il a déserté son échoppe, laissant toutefois la porte ouverte et quelques œuvres maîtresses accrochées aux murs pour ne pas désorienter le chaland curieux, et témoigner des splendeurs passées.

Ainsi, l’actualité de Maxime relate une tournée ‘Chansons de Brassens’ qui remonte à 1997. Dans l’univers d’Internet, cela revient à évoquer le début du siècle. Depuis, sans doute avait-il d’autres préoccupations : préparer son nouvel album, et l’on imagine sans peine que ce n’est pas une mince affaire que de reconquérir à chaque fois un public. Plus fâcheux, des liens qui ne mènent plus nulle part, des pages sans intérêt, comme Les Partitions ou Monde. Cette dernière fait appel à une technologie obsolète (VRML), une visionneuse qui est d’ailleurs indisponible. Quant au Livre d’or, on peut certes y déposer un message, mais pour l’heure, il est vide. On s’interroge : l’interprète n’aurait-il plus de fans disposés à entretenir la flamme, notamment dans les périodes tourmentées de création ? En l’occurrence, peut-être s’agit-il d’une sorte de modestie qui a conduit l’artiste à faire place nette des hommages passés. Alors même que d’autres conservent avec un souci avaricieux des dédicaces ronflantes qui ne sont plus de saison. A suivre… Et pas un seul octet consacré à la sortie de son album.

Pour être sans âme et quelque peu ‘out’, le site n’est pas désagréable à visiter, avec de nombreuses photos, dont certaines très belles, la discographie, reprenant 18 albums de l’artiste, dont le seul CD Extra à ma connaissance qui contienne de la vidéo (‘Passer ma route’). Et puis quelques extraits de chansons sur RealAudio, QuickTime et Aiff (?). Enfin, une intéressante biographie, très complète, bâtie à partir d’articles et d’entretiens parus dans ‘Chorus’. Mais visiblement, si l’ensemble est d’une facture somme toute assez classique, le site a été mis en sommeil…

Bien entendu, tout ceci ne remet pas en cause le talent de Maxime Le Forestier, réel et reconnu, ni ses qualités humaines, dont on sait qu’elles trouvent à s’employer en faveur de causes médiatisées (Sol en Si) ou plus confidentielles. Malgré la déception, je n’oublierai pas la révérence due à l’artiste, pour avoir éclairé des lendemains devenus plus souriants. ‘L’éducation sentimentale’ ‘Mon frère’, ‘San Francisco’, ‘La petite fugue’, ‘Amis’, ‘Passer ma route’, ‘Blues blanc pour un crayon noir’ : autant de ballades dont je suis sûr qu’elles ont, au fil du temps, dispensé leur baume sur des cœurs parfois égratignés, et permis peut être à bon nombre de trouver la vie plus aimable, accessoirement, de se réconcilier avec eux-mêmes.

http://www.maximeleforestier.com

Au sujet du site / About this site | Sommaire / Home | Haut | Conditions générales de vente
Copyright © 1999/2003 - ToutPourLaMusique.com - Tous droits réservés - Marque déposée